Quentin Martinez, 3e année en Design Mobilité[s]

Quentin Martinez design automobile
Quentin Martinez vient de rentrer cette année en 3e année Mobilité[s]. A 21 ans, il revient sur son parcours et nous parle de son expérience à Strate.

Bonjour Quentin, peux-tu te présenter ?

Je m'appelle Quentin Martinez, je viens d'avoir 21 ans. Je viens de rentrer en troisième année dans la Majeure Mobilité[s] de Strate. 
Je suis passionné par l'automobile et par le dessin en général. J'ai commencé la photographie il y a un peu plus de 6 ans maintenant, principalement dans l'automobile.
Je suis venu d'Espagne sur Paris pour mes études.

Quel a été ton parcours avant d'entrer à strate ?

Et bien pour faire court, j'ai vécu les dix premières années de ma vie aux Antilles, ensuite un an dans le Vercors en France, sept ans en Espagne dans le sud de l'Andalousie puis pour finir, un peu plus de deux ans sur Paris maintenant pour les études. Avant Strate, j'ai fait un bac Art en Espagne (l'équivalent du STD2A en France je crois).

Qu’est-ce qui t’a donné envie t’orienter vers le design et pourquoi à  strate ?

Quand j'étais petit je dessinais beaucoup de bateaux et d'avions, puis un jour vers mes 6 ans, j'ai dessiné ma première voiture, et depuis ce jour-là, je n'ai jamais arrêté. Vers mes 11-12 ans, j'ai commencé à aller sur internet pour trouver des conseils pour progresser en dessin. Je suis tombé sur des forums, j'ai rencontré des gens, j'ai découvert de nouvelles techniques avec de nouveaux matériaux, bref, tout ce qu'il faut pour se motiver à progresser. J'ai eu la chance de rencontrer quelques élèves de strate sur un de ces forums, un élève en particulier. Sa technique de dessin, son discours et ses explications sur son travail, c'est grâce à lui que j'ai découvert le design. On peut dire que j'étais fan. Même si aujourd'hui nous avons perdu le contact, c'est grâce à lui en partie que je suis arrivé jusqu'ici et je compte bien aller jusqu'au bout. Je m'étais donc renseigné assez tôt sur Strate, et sur d'autres écoles proposant des cursus design spécialisés en mobilité, en France ou ailleurs. La réputation grandissante de Strate dans le cursus Mobilité[s], le fait que l'école soit en France et proche d'un membre de ma famille, et surtout le fait d'avoir parlé avec plusieurs élèves sur internet ont été les raisons de mon choix.

Comment t'est venu l’intérêt pour le design Mobilité[s] ? Savais-tu que tu voulais faire ça avant d’entrer à strate ?

Comme je l'ai dit en réponse à la question précédente, j'ai toujours dessiné, et j'ai toujours voulu faire un métier en relation avec le dessin. Avec le temps, l'automobile a pris une grande partie de moi et je me suis demandé quel métier regroupant le dessin et l'automobile je pourrais faire. Le design est apparu tout naturellement dans la liste. Attiré par le beau et par la mécanique, l'idée de pouvoir allier les deux m'a toujours excité.

Oui, je savais depuis ma troisième ce que je voulais faire, et j'ai tout fait pour y arriver.
Je tiens d'ailleurs à remercier toutes les personnes qui m'ont permis d'être là où je suis aujourd'hui.

Tu es en 3e année, quel est ton rêve aujourd’hui ? 

Mon rêve ? C'est un bien grand mot. Comme vous vous en doutez, étant passionné de belles carrosseries (oui, je sais, je me répète), un de mes objectifs les plus lointains est l'acquisition d'une de mes voitures préférées. Plus sérieusement, mon rêve est de faire de ma passion mon métier. À plus court terme, naturellement mon objectif après le diplôme de designer est de travailler dans une entreprise qui me plaît et de faire ce que j'aime. N'ayant encore jamais mis les pieds dans ce milieu professionnel, je n'ai pas encore de "préférence". Petit constructeur ou grand, en France ou à l'étranger, tant que je dessine je ne suis pas difficile. Pour l'instant j'apprécie plus le design extérieur mais qui sait, dans le futur...

Comment vois-tu la suite, après tes études ?

Plutôt positif, si je me donne les moyens, tout devrait bien se passer. C'est encore flou pour moi, puis c'est un milieu où on n'a pas souvent le luxe de choisir où on va travailler. Je ne me fais pas vraiment de soucis, je me concentre pour l'instant sur les trois années d'études qu'il me reste à faire et on verra par la suite.

Merci Quentin !